Jane Rutter répond à la Boîte à Questions

mardi 2 août 2016 - La Boîte à Questions

Jane Rutter - La Boite à Questions

Jane Rutter répond pour notre plus grand plaisir aux questions de la Boîte à Questions et vous donne rendez vous à la Convention Internationale de la flûte 2016 ! Traduit de l’anglais par La Traversière (lire la version originale)

1 > Quel est votre compositeur préféré ?
Le compositeur dont je joue la musique actuellement – c’est celui là mon préféré ! (surtout les compositeurs baroques et les compositeurs français du début du XXè siècle)

2 > Quelle œuvre emporteriez-vous sur une île déserte ?
A jouer : la sonate de Poulenc pour flûte et piano, les études opus 15 d’Andersen.
A écouter : Schéhérazade de Rimsky-Korsakov, ou le trio pour flute, alto et harpe de Debussy

3 > Quelle profession auriez-vous voulu exercer si vous n’étiez pas musicien ?
Artiste, compositrice ou actrice

4 > Quel est votre livre de chevet ?
Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ; Orgueil et préjugés

5 > Quel est votre plat préféré ?
Sushi (j’ai été influencée par Jean-Pierre Rampal !)

6 > Quel est votre rituel avant de monter sur scène ?
Les exercices de son de Marcel Moyse ; je me maquille ; je vérifie l’éclairage de la scène (avec les lumières de la salle éteintes); je m’assure que mes co-musiciens sont heureux et confiants !

7 > Quel objet porte-bonheur emportez-vous partout avec vous ?
Ma flûte? Toutes mes flûtes !

8 > Avez-vous un secret pour vaincre le trac avant de monter sur scène ?
Je ne suis pas vraiment stressée avant un concert – j’adore me sentir connectée au public, et il n’y a pas de quoi stresser !
Tout le monde est là pour le même voyage musical, on est tous dévoués à la beauté de la musique. Je fais comme si le public était à une soirée avec moi (que ce soit un public de 200 ou 20000 personnes) et qu’ils m’ont demandé de jouer pour eux à la fin du diner ! Ca permet de garder une ambiance intime, quel que soit le nombre de personnes.
Si j’en ai besoin, je connais une bonne méditation qui calme tout le corps et l’esprit, basé sur le Yoga Nidra.

9 > Où peut-on vous rencontrer si vous n’êtes pas sur scène ?
Sur la plage en Australie, en train de jouer de la flûte ! La meilleure salle de répétition, c’est l’extérieur : on entend très clairement le son. J’adore être en pleine nature. Ou alors à La palette, mon endroit préféré à Paris. Quand je voyage, j’adore aller dans des galeries d’arts et au marché – ce que je préfère, c’est interagir avec les gens, discuter, partager des histoires… C’est aussi le but de ma musique…

10 > Votre film préféré ?
Comme pour toutes les questions, c’est difficile de donner une seule réponse, donc je vais donner mon top 3 : Harold et Maude ; Autant en emporte le Vent ; L’amant – une adaptation du roman minimaliste de 1984 de Marguerite Duras.

11 > Une devise ?
Carpe Diem ! Saisis l’instant ! Aime la vie ! Sauvez la planète, libérez le peuple ! La musique pour tous !

12 > En quoi voudriez-vous vous réincarner ?
Une galaxie

13 > Quel compositeur auriez-vous aimé rencontrer ?
Aujourd’hui: Francis Poulenc. Hier : J.S. Bach

14 > Sur quelle flûte jouez-vous ?
J’ai trois superbes flûtes : une nouvelle flûte Haynes (en or), une Verne Powell (en or), et une Louis Lot – elles me tiennent toutes à coeur. Je joue aussi souvent sur d’autres flûtes classiques et ethniques, notamment des sifflets celtiques. Mon programme de récital « Flute Spirits et les quatre saisons » met en valeur au moins 10 flutes, entre autres une flute alto (Sankyo) et un piccolo (Burkart).

15 > Quel conseil donneriez-vous à un jeune flûtiste pour réussir dans ce métier ?
La technique du son est le plus important. Chante avec ta flûte ! Suis la ligne vocale de la musique. Tu es le seul à pouvoir raconter ton histoire. Sois créatif dans la façon dont tu façonnes et envisages ta carrière. Sois toi même, sois fier d’être différent !
Créé ta propre niche. La musique est un travail très demandant : n’arrête jamais de travailler. « Si tu n’as pas la chaire de poule quand tu joues, c’est pas tout à fait de la musique et le public ne sentira pas la musique » (Alain Marion me disait ça autrefois – un message qui lui a été transmis par son professeur, Joseph Rampal).

16 > Votre meilleur souvenir d’artiste ?
Puisque je suis une flûtiste « bel canto » et que j’associe tant de choses avec la voix, je pense que mon meilleur souvenir est de jouer un concert en hommage à Joan Sutherland à l’Opéra de Sydney. Dirigé par Richard Bonynge, j’étais la seule instrumentiste qui a été sélectionnée pour être soliste parmi des chanteurs d’opéra connus internationalement.
Sinon, j’ai un autre souvenir favori, qui est constant : quand j’entre sur scène et que je ressens la chaleur du public et j’entends le son de ma flûte qui chante, c’est ce qu’il y a de mieux ! (Et c’est là que je remercie les dieux de jouer de la flûte, et d’avoir étudié en France avec Alain Marion, Raymond Guiot et Jean-Pierre Rampal).

17 > Votre couleur préférée ?
Bleu

18 > Votre artiste actuel préféré ?
Pandit Hariprasad Chaurasia, Linda Chesis, Emily Beynon.

19 > Quel CD pourriez-vous laisser tourner en boucle dans votre chaine hifi ?
‘La Stupenda’ de Joan Sutherland , ‘The Hissing of Summer Lawns’ de Joni Mitchell, Jean-Pierre Rampal: Benda, Stamitz, Rosetti Flute Concerti.

20 > Votre passe-temps préféré ?
Danser, peindre, composer, écrire de la poésie.

Je suis ravie d’être la première représentante de l’Australie à jouer à la Convention de la Flute Française (et ravie que Pierre-Yves Artaud fasse référence à mon travail en empruntant le titre de mon CD « Flute Spirit » pour le nom de la Convention).
Paris et l’école française de la flûte ont façonné ma vie, donc j’ai hâte de partager ma musique, mes pensées et mon amitié avec tous les merveilleux flûtistes et collègues dans cette ville qui est ma 2ème maison ! A bientôt, les amis de la flûte !

– Jane Rutter